• Constantin Rontard

Pourquoi faire un audit énergétique ?

Lors d'un projet de rénovation, on peut se demander par quels travaux il faut débuter. Cette décision ne doit pas être prise à la légère car elle conditionne la qualité de votre rénovation future. Le rôle des structures effectuant des audits énergétiques est d’accompagner et de guider au mieux votre réflexion pour vos projets de rénovation.


Quels objectifs pour l’audit énergétique?


L’objectif premier d’un audit énergétique est d’identifier les gisements d’économies d’énergie, et les solutions efficientes permettant une réduction significative de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre.

Par l’analyse approfondie des caractéristiques techniques du bâtiment et de la modélisation numérique, les objectifs d’un audit énergétique sont :

  • D’évaluer la performance énergétique du bâtiment,

  • De proposer les solutions d’amélioration du bâti, des systèmes énergétiques et des usages afin d’augmenter l’efficacité énergétique du bâtiment,

  • D’estimer les coûts d’investissement, les subventions, les économies d’énergie, et donc les temps de retour sur investissement associés à ces solutions,

  • De hiérarchiser et organiser les préconisations en différents scénarios.

Un audit énergétique permet de connaître les solutions les plus adaptées à votre bâtiment. Pour les maîtres d’ouvrage, les intérêts sont multiples :

  • Améliorer la connaissance technique de son ou ses bâtiments,

  • Connaître les travaux les plus rentables,

  • Améliorer le confort du ou des bâtiments,

  • Augmenter la valeur foncière de ses biens,

  • Diminuer sa facture énergétique,

  • Diminuer son empreinte carbone.




Sur quoi porte un audit énergétique ?


Lors d’une mission d’audit énergétique, les performances du bâtiment sont considérées et analysées à travers trois grands thèmes : le bâti, les systèmes, les usages.



Le bâti

Sont inclus dans le bâti tous les éléments constituants l'enveloppe du bâtiment. C’est-à-dire les murs extérieurs, les planchers bas (sur terre-plein, vide sanitaire ou local non chauffé) , les combles (perdus ou aménagés), les plafonds et toitures, les portes et les fenêtres.

Tous ces éléments sont généralement sources d'importantes déperditions thermiques, d'autant plus dans le cas de bâtiments anciens. En outre, en fonction de la géométrie de votre bâtiment, il peut exister des ponts thermiques plus ou moins importants.

Les ponts thermiques sont des lieux importants de déperditions, et sont généralement localisés aux jonctions de murs, planchers, plafonds ainsi qu'autour des portes et fenêtres.


Figure 1 : Pont thermique apparaissant à la jonction entre le plancher et le mur extérieur (cliché de caméra thermique)



Les systèmes

Sont considérés dans les systèmes du bâtiment, les installations permettant la production de chaleur et de froid (chaudière, pompe à chaleur,…), celles liées à la distribution via les réseaux hydrauliques (circulateurs, vannes, tuyaux), celles liées à l'émission (radiateurs, planchers chauffants, air chaud) et les installations permettant le renouvellement d'air du bâtiment (Centrale de traitement d'air, Ventilation Mécanique…).

Il existe généralement pour chacun de ces systèmes une régulation associée, permettant un fonctionnement plus ou moins efficace¹.

Figure 2 : Réseau de CTA analysé lors d'une mission d'audit énergétique



Les usages

Les consommations énergétiques d'un bâtiment peuvent fortement varier en fonction de ses usages : consommation d’eau chaude sanitaire, gestion de l’éclairage, présence d’ascenseurs, taux d’occupation, température de consignes…




Comment s’organise un audit énergétique ?


Un audit énergétique s’articule autour de trois principales phases représentées sur la figure suivante :

Figure 3 : Les différentes phases de l'audit énergétique


Le client doit être pleinement intégré dans ce processus pour que les solutions apportées soient comprises et répondent aux attentes de celui-ci. Cela peut être fait en organisant plusieurs réunions de concertations pendant la mission.

La première phase permet de récolter toutes les données relatives aux thèmes de l’audit. Pour ce faire, de nombreux outils peuvent être déployés : caméra thermique, vitromètre, analyseur de combustion, thermomètres, hygromètres, anémomètre, questionnaire occupant…

La seconde phase permet, grâce aux mesures effectuées, de réaliser une simulation thermique et énergétique du bâtiment et de confronter les résultats avec les factures énergétiques des dernières années. Cela permet de dresser un bilan de l’état existant d’une part, et de se fixer des objectifs à atteindre d’autre part.

C’est sur ce bilan de l’état existant que seront estimées les économies d’énergies réalisables. Les préconisations avancées sont ensuite regroupées sous forme de scénarios plus ou moins ambitieux afin de permettre au client d’avoir plusieurs alternatives en fonction de ses objectifs et de ses moyens.

L’auditeur énergétique délivre en fin de mission un rapport d’audit détaillé permettant une aide à la décision pour le client demandeur. Il est recommandé que ce rapport fasse l’objet d’une présentation explicative par les chargés de missions.

Figure 4 : Exemple de séquençage d'audit énergétique




Exemple de résultats d’un audit énergétique


L’audit énergétique permet d’effectuer des mesures précises de votre bâtiment, de recueillir des données sur le confort ressenti des occupants, de localiser les déperditions, d’effectuer les préconisations adaptées.


Figure 5 : Mesure d'humidité relative d'un bâtiment au cours d'une mission d'audit


Figure 6 : Exemple d'analyse des réponses au questionnaire d'usage


Figure 7 : Exemple de fiches de préconisation


Figure 8 : Exemple de rapport des déperditions dans un bâtiment




Vigilance sur la rénovation


Il est bon de rappeler qu'en règle générale, si une rénovation globale est accessible, elle est recommandée plutôt qu'une rénovation dite "par geste". En effet il est déconseillé d'effectuer une rénovation avec plus de trois étapes car cela est souvent source du surcoût, d'inconfort et d'apparition de nouvelles pathologies (moisissure, humidité,…) dû à un manque de coordination entre les différentes entreprises effectuant les travaux.

En outre, le grand public ignore en général les subtilités d’une rénovation, notamment les dépendances qui peuvent exister entre plusieurs travaux.

En voici quelques exemples :


  • Il est difficilement envisageable d'opter pour une isolation thermique de vos murs extérieurs sans réfléchir à la mise en place d'un système de ventilation afin de garantir un renouvellement d'air correct, et inversement.

  • Si des travaux d'isolation sont effectués sur les murs extérieurs, les besoins en chauffage diminuent et votre système de chauffage risque alors d'être surdimensionné (mauvaise optimisation du fonctionnement).

  • Si vous mettez en place un nouveau système de ventilation, il faut prendre en compte la mise en place d'entrées d'air adaptées sur les fenêtres.


Ainsi, il convient d'effectuer les travaux dans un certain ordre en prenant en compte les dépendances de chacun. Les besoins du bâtiment doivent être pris en compte ainsi que ses usages.



En bref


Si vous avez un projet de rénovation ambitieux, la meilleure solution est de se tourner vers un bureau d'étude et d'effectuer un audit énergétique de votre bâtiment. Outre le fait d'avoir un recul sur votre bâtiment, cela permet d'être accompagné dans l'établissement d'un plan d'action efficace avec des scénarios personnalisés selon vos objectifs.


Une rénovation bien menée est celle qui a identifié les postes les plus déperditifs et engagé les travaux en fonction.

Remarque:

Les travaux de rénovation sont soumis à la réglementation thermique de l'existant (globale ou par élément). Il convient de respecter ces exigences minimales pour vos travaux.


Figure 9 : RTex Globale ou par élément



L'article vous a plu ? Contactez-nous pour rejoindre l'équipe ou en savoir plus sur nottre offre.


______________________________________

Notes

¹ Il existe plusieurs types de régulation qui prennent en compte plus ou moins de paramètres (Température intérieure, Température extérieure, Température de départ d’eau …). Des régulateurs plus ou moins complexes peuvent donc être installés pour optimiser le fonctionnement des systèmes en place.

Crédit image de couverture : Pixabay

80 vues0 commentaire