• Louis Dusanter

Décret tertiaire : Comment bien choisir son année de référence ?


Résumé des objectifs du décret tertiaire


Le décret tertiaire a pour objectif de réduire de 40% les consommations énergétiques du secteur tertiaire (bureaux, enseignement, santé, hôtellerie, etc.) d’ici à 2030. Pour cela, il est essentiel de choisir une année de référence, qui sert de base au calcul de l’objectif.


L’ADEME a exprimé des règles claires sur le choix de l’année de référence : c’est une période glissante de 12 mois entre 2010 et 2019. La consommation énergétique correspondante doit être ensuite corrigée par la rigueur climatique. Lorsqu’il a fait froid, la consommation s’en trouve diminuée et lorsqu’il a fait chaud, la consommation s’en trouve augmentée.


La correction climatique est-elle importante pour choisir l’année de référence ?


Afin de montrer de façon concrète l’impact de la correction climatique, nous avons choisi de prendre l’exemple d’un des sites tertiaires que nous étudions. La consommation étant une donnée confidentielle, nous l’avons multipliée par une constante, ce qui ne change pas les conclusions tirées.

Pour cet exemple, il est donc possible de visualiser la consommation réelle et la consommation ajustée du climat sur une période de 10 ans :



Plusieurs éléments sont importants sur cette courbe :

  • Les consommations historiques varient de façon significatives au cours du temps.

  • Le climat n’est pas l’unique facteur expliquant les fluctuations de la consommation, car les variations de la courbe « Consommation ajustée du climat » restent très significatives. D’un point de vue mathématique, l’écart type diminue de 13% et ce qui montre ainsi qu’on a réussi à réduire une petite partie des variations interannuelles.

  • Le maximum de la consommation (en 2014) ne coïncide pas avec le maximum de la consommation corrigée du climat (en 2019). Le choix de l’année de référence doit donc se faire sur la base d’une consommation corrigée du climat (donc 2019).

  • L’ajustement climatique peut être très important : ici la différence entre la consommation réelle et la consommation ajustée du climat peut aller jusqu’à 16% !

Il est possible de tracer l’histogramme de ces données :

On peut remarquer un léger décalage sur la droite : les consommations les plus faibles se sont produites sur des périodes de 12 mois plutôt chaudes, ce qui conduit a une correction climatique positive.


Que change la granularité de mes données de consommation ?


L’année de référence pouvant être sur toute période de 12 mois glissante entre 2010 et 2019, il est intéressant d’avoir une granularité mensuelle. En effet, avec une granularité mensuelle, toutes les périodes de 12 mois peuvent être sélectionnées alors que la granularité annuelle ne laisse que 10 possibilités entre 2010 et 2019. La granularité mensuelle permet de sélectionner une année de référence ayant une consommation plus importante que lorsque la granularité est annuelle.


L’équipe décret tertiaire d’Alter Watt a mené une étude sur 5 sites tertiaires pour connaître le gain réalisé sur la consommation de référence lorsqu’on possède une granularité mensuelle.

En moyenne, on peut donc gagner 5% sur les objectifs de consommation 2030, 2040 et 2050 avec cette granularité mensuelle, ce qui est non négligeable. Cette granularité peut s’obtenir par plusieurs méthodes, notamment en contactant son fournisseur ou le distributeur énergétique.


Quelle conclusion ?


Pour conclure, deux éléments sont importants afin de bien choisir son année de référence : disposer d’une granularité fine de son historique de consommation et calculer précisément l’ajustement climatique. C’est précisément ce que nous faisons chez Alter Watt en accompagnant nos clients vers cette déclaration qui les engage sur… 28 ans tout de même !





Auteur : Louis Dusanter, Ingénieur en efficacité énergétique chez Alter Watt



135 vues0 commentaire